Des centaines de migrants assaillent la frontière de la Croatie

Des centaines de migrants assaillent la frontière de la Croatie

La «  route des Balkans  » n’est pas totalement coupée  ; des centaines de migrants tentent, depuis le début de la semaine, de forcer la frontière de la Croatie.

Depuis mardi, plusieurs centaines de migrants tentent de pénétrer en Croatie depuis le nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine, où ils sont des milliers à n’espérer d’une chose : pouvoir entrer sur le territoire de l’Union européenne. Les forces de l’ordre, vite débordées avant des renforts ne parviennent à stopper les assaillants, ont déploré plusieurs blessés.

« La Bosnie n’est qu’un pays de passage sur la nouvelle route des Balkans qui part de Grèce et d’Albanie, puis passe par le Monténégro et la Bosnie », a expliqué Loïc Tregoures, professeur de sciences politiques à l’université catholique de Paris et spécialiste des Balkans, à Radio France Internationale, pour qui ces migrants « n’ont pas envie de rester en Bosnie, en Serbie, au Monténégro » mais « veulent passer d’abord en Croatie et ensuite dans le reste de l’Europe occidentale ».

Parmi eux  : des Pakistanais, des Afghans, des Syriens, mais aussi des Iraniens, et même des Algériens et des Marocains.

Les « échauffourées », rapporte l’Agence France Presse, « ont éclaté à proximité du poste-frontière de Maljevac, près de la ville bosnienne de Velika Kladusa ». Mardi, la police bosnienne a empêché environ 250 migrants de s’en approcher. Le lendemain, ils sont revenus, et cette fois, ils ont forcé le léger cordon « de policiers bosniens avant d’être stoppés par une colonne de la police anti-émeutes des deux pays ». « La police a fait usage de matraques et de gaz lacrymogène pour repousser un groupe qui tentait de franchir la frontière », a constaté sur place l’AFP.

La Bosnie-Herzégovine perçoit des aides financières de l’Union européenne afin de créer des « centres d’accueil » pour retenir les migrants aux portes de l’UE.

Fermer le menu