Le bras de fer entre Jair Bolsonaro et Cesare Battisti est engagé

Le bras de fer entre Jair Bolsonaro et Cesare Battisti est engagé

Elu le 28 octobre à la présidence de la République du Brésil mais pas encore investi – il ne le sera que le 1erjanvier –, Jair Bolsonaro a réitéré sa volonté d’extrader le terroriste Cesare Battisti au plus vite.

Dans un entretien diffusé hier par TV Band, Jair Bolsonaro a confirmé avoir reçu, le matin même, l’ambassadeur d’Italie au Brésil, Antonio Bernardini, et avoir évoqué le sujet avec lui  : «  Je lui ai dit que nous ferions tout ce qui est légal pour renvoyer ce terroriste en Italie.  » «  Si cela ne tenait qu’à moi  », a-t-il ajouté, ce serait fait sur-le-champ.

Battisti, lui, se dit serein. Après avoir disparu de son domicile peu avant l’élection de Bolsonaro, il est réapparu pour déclarer au micro de la RAI, niant s’être enfui  :

«  Bolsonaro peut dire ce qu’il veut, je suis protégé par la Cour suprême. Ses propos ne sont que des fanfaronnades, il ne peut pas m’extrader.  »

La décision relevant en effet de la Cour suprême du Brésil, Raquel Dodge, procureur général de la République, a demandé à celle-ci, dès le 30 octobre, de «  traiter en priorité  » le dossier Battisti.

«  Nous attendons de la Cour suprême qu’elle prenne la décision dans les plus brefs délais  », a commenté l’ambassadeur d’Italie.

Au dernier jour de son mandat, le 31 décembre 2010, le président Lula avait accordé à l’ancien membre des Prolétaires armées pour le communisme le statut de réfugié par un décret que ses défenseurs estiment irrévocable.

Jair Bolsonaro, dont le berceau familial se situe en Vénétie, pourrait effectuer l’un de ses premiers voyages officiels en Italie, à moins… A moins que Matteo Salvini ne se rende au Brésil pour aller chercher lui-même Battisti, ainsi qu’il l’a déjà envisagé :

Fermer le menu