Le Parlement européen retire une affiche sur les migrants

Le Parlement européen retire une affiche sur les migrants

A la demande du député conservateur britannique Sajjad Karim, un musulman d’origine pakistanaise, le Parlement européen a retiré une de ses affiches.

Place du Luxembourg, à Bruxelles, le Parlement européen avait fait dresser, devant ses locaux, d’immenses bannières dans le cadre de sa campagne « This time, I’m voting » (« Cette fois, je vais voter ») afin de mobiliser les électeurs pour les élections européennes qui se dérouleront, selon les pays, entre le 23 et le 26 mai 2019, le taux de participation dans l’ensemble de l’UE n’ayant été, en 2014, que de 43 %.

L’idée étant que la question migratoire était de nature à mobiliser les électeurs, l’une des affiches montrait un groupe de migrants avec, au premier plan, une femme musulmane, tête couverte, affiche accompagnée de ce slogan : « Because we need to work together to manage migration » (« Parce que nous avons besoin de travailler ensemble pour gérer les migrations »).

Sajjad Karim

Sajjad Karim, un député conservateur britannique qui est aussi le vice-président de l’Intergroupe Anti-Racisme et Diversité (Ardi) au Parlement européen et a fait de la lutte contre l’« islamophobie » sa cause prioritaire, s’en est ému. Dans une lettre adressée au président du Parlement européen Antonio Tajani, il s’est indigné que cette affiche « semble assimiler » la question de la gestion des migrants « à la limitation de l’entrée de musulmans en Europe », ajoutant :

« Cela n’ajoute pas seulement au débat déjà confus sur l’immigration et l’asile, mais aussi aux stéréotypes que les extrémistes souhaitent établir. »

Et de réclamer à Antonio Tajani que « cette affiche soit retirée immédiatement ».

Le président du Parlement européen lui a donné satisfaction : « Les services du Parlement s’excusent pour cette offense et m’ont assuré que ce n’était pas délibéré. J’ai demandé que les affiches soient retirées dès que possible. »

Si Sajjad Karim est intervenu, c’est qu’il avait été alerté par Julie Pascoet, « senior advocacy officer » auprès de l’European Network against Racism, un réseau qui se veut « la voix du mouvement antiraciste en Europe ». Se disant « outrée » de voir que le Parlement européen reprenait à son compte le « récit islamophobe » des migrations, cette Française musulmane et voilée s’était indignée dans une vidéo :

« Cette publicité n’encourage pas les gens à voter. Elle encourage les gens à voter pour des groupes politiques et des politiciens qui s’appuient sur l’islamophobie et la rhétorique anti-immigrés et se situent généralement à l’extrême droite du pouvoir politique. »

« L’idée derrière la campagne, déplore un porte-parole du Parlement européen, était simplement de représenter un groupe de migrants, en l’occurrence de Syrie, car c’est de là que venait la plupart d’entre eux, […] mais il est évident qu’elle a été mal interprétée ou mal comprise. »


Fermer le menu